Galati

Galati la Roumaine

Pessac est jumelée avec la ville de Galati, située sur les bords du Danube en Roumanie depuis 1989. Francophone de tradition, riche de musique et de danse, Galati est présente par sa jeunesse dans toutes les manifestations sportives et culturelles à Pessac.

Localisation

Ne dit on pas que Galati est « fille du Danube »? Ville portuaire située à l’extrême sud de la Moldavie, Galati se situe sur la rive gauche du Danube, à la confluence du Danube, du Siret et du Prut, à 80 kms de la Mer Noire.

Chef -lieu du judet de Galati, Galati  compte plus de 290 000habitants, ce qui la place au 7e rang des villes de Roumanie. Bucarest, la capitale est à 190 kms à l’ouest (1.9 millions d’habitants), Constanta , la seconde, à 150kms. Galati est proche des frontières de la Moldavie et de l’Ukraine.  Une des villes les plus proches, en aval sur le Danube, à l’est se trouve en Ukraine, à 15 kms (Reni).

Grâce à sa position, Galati a été ouverte à toutes sortes d’influences, faisant d’elle une ville cosmopolite. Elle a joué un rôle important dans l’histoire des principautés moldaves et valaques, de l’empire Ottoman, de la Roumanie et de l’Europe. Avec se chantiers navals, ses usines sidérurgiques et mécaniques, Galati est l’un des principaux centres industriels de la Roumanie.

Galati occupe une position stratégique sur les bords du Danube. depuis toujours.

Historique du Jumelage

Les traditions de la francophonie sont très anciennes s’inscrivant particulièrement dans le grand mouvement d’émancipation de la Roumanie à la fin du XIXe siècle. De nombreux intellectuels de Galati , hommes de lettres et hommes politiques se sont illustrés dans le domaine de la culture française, comme Vasile Alexandrescu Urechia (1834-1901) qui a eu l’occasion de venir plusieurs fois à Bordeaux. Aussi, la France porte une attention particulière à l’avènement de la nouvelle démocratie roumaine à la fin 1989. Et particulièrement , le Professeur Bothorel, universitaire et conseiller municipal de Pessac, qui entretient des relations suivies avec l’université de Galati et propose de créer ce second jumelage pour Pessac  avec la ville de Galati.

Très vite, le jumelage s’axe sur deux orientations:

  • apporter une aide matérielle aux habitants de la ville, très démunis: collectes de vêtements, médicaments, matériel scolaire ou médical.
  • développer une aide à la formation: formation d’employés d’administration locale, de personnels soignants, d’étudiants.

Des liens sont tissés entre plusieurs facultés des Universités de Galati et de Bordeaux, en Droit, Sciences, Lettres, renforcés en 2005 par la signature  d’une convention entre le Pôle universitaire de Bordeaux et l’Université de Dunărea  de Jos de Galati.

La Région Aquitaine et le Judet de Galati signent des accords de coopération à leur tour. Le Comité de Jumelage de Pessac participe au comité de pilotage. Il prend une part active à tous les projets d’échanges comme l’accueil  des personnes en provenance de Galati en visite ou en formation: médecins en formation à la faculté de médecine, spécialistes de viticulture en visite à l’Inra ou à l’Institut d’œnologie à Bordeaux, comme des représentants des institutions politiques locales.

Galati et Pessac

Pendant de nombreuses années, la Ville de Pessac a convié les membres élus et administratifs de la municipalité de Galati aux Fêtes de la Rosière (début juin) pour découvrir les institutions et édifices marquants de la Ville. En retour plusieurs délégations de Pessac ont pu se rendre à Galati et visiter entre autres l’Université, la bibliothèque Ionesco, le Parc des nouvelles technologies ou diverses  institutions sociales.

Une des actions phares du  comité de Jumelage consiste dans le soutien à la plus grande bibliothèque francophone de Roumanie, la bibliothèque Ionesco à Galati. Des échanges sportifs voient très vite  le jour autour de deux évènements annuels à Pessac, réunissant jeunes footballeurs et basketteurs  les Rencontres Sportives Internationales de la Pentecôte, et le tournoi de rugby. Des échanges scolaires sont  initiés comme entre les établissements Jeanne d’Arc de Pessac et l’Ecole N°2 de Galati ( dès juin 2012).

Plusieurs voyages à Galati et en Roumanie ont lieu à partir de Pessac réunissant à chaque fois entre une vingtaine d’adhérents et plus. La dernière « Fête de l’Europe » à Pessac (2018)a  été enrichie par de nombreux jeunes artistes en danse, en « street art », comme en mode venant de Galati. Galati a récemment contribué à la réception de nombreux secours et dons en faveur de l’Ukraine acheminés depuis Pessac en camions (mars 2022).

Présentation de la Ville

 Galaţi doit sa physionomie architecturale moderne aux efforts de reconstruction de grande ampleur entrepris depuis la dévastation de la Ville par les troupes allemandes sur le chemin de leur retraite depuis le front soviétique en 1944.

Toutefois, le patrimoine architectural de Galaţi a pu être sauvegardé et présente un intérêt exceptionnel comme en témoignent la  cathédrale orthodoxe du XVIIe siècle, dédiée à Saint Georges, l’église grecque et la magnifique église fortifiée et Sfânta Precista, dédiée à la Vierge, érigée sur la « Falaise ».  « La Falaise » du Danube, lieu de promenade au bord du fleuve  accueille le Champ des Sculptures en métal qui donne à Galati  par ses œuvres majestueuses une spécialité absolue : le symbole d’une ville industrielle très tournée vers la culture.

L’avenue Domneasca,  l’artère principale, est la plus longue rue bordée de tilleuls d’Europe, faisant intégralement partie du patrimoine galatéen. Les habitants de Galaţi,  comme ailleurs en Roumanie, vénèrent les tilleuls, considérés comme un arbre sacré. En 1974, l’Université du Bas-Danube, fondée en 1948, obtient le rang d’université. Galati possède aussi son École Normale ainsi que d’autres institutions éducatives et culturelles, parmi lesquelles les Collèges nationaux Vasile Alecsandri (1821-1890), Costache Negri (1812-1876) et un Lycée de musique Dimitri Cuclin (1885-1978), compositeur, philosophe et poète réputé né à Galaţi.

Fêtes et cérémonies : 

Le 1er grand évènement de l’année est la célébration  de Saint André » (30 novembre),  saint patron de la Roumanie.

Le 1er décembre, est la fête nationale de Roumanie, alors que le 24 janvier se célèbre la journée de l’unification des principautés roumaines et la fondation de l’Etat moderne roumain. 

Galati vue ensemble
La Bibliothèque Ionesco à Galati